Lorsque Karelle et Loïc s’unissent, non seulement sur le plan professionnel, mais également dans leur vie privée, une collaboration créative est née. Au cours de leurs voyages, de leurs différents parcours professionnels... ils passent une grande partie de leur temps ensemble à penser, vivre et explorer les gestes créateurs, tout en étant soucieux d’accompagner l’artisanat dans une réflexion innovante.

L’image traditionnelle de l’artisan évolue et se modernise. Internet, et plus largement le numérique, ont changé la donne. Le numérique modifie la façon de consommer, de créer, de produire, de vendre, de s’informer, quel que soit le secteur. Désormais, travailler sans le numérique devient difficile, compliqué, voire risqué !

Face à ce nouvel environnement où se mêlent artisanat et nouvelles technologies, Karelle et Loïc ont créé Tochu-De à « mi-chemin » entre ces deux mondes.

La réponse à cette nouvelle réalité économique, l’artisan d’aujourd’hui l’a bien comprise, sans pour autant renoncer à son savoir-faire, aux gestes qui font toute la différence, sans oublier sa personnalité et ses valeurs.

Cet artisan nouveau, que l’on qualifiera de 3.0, a désormais complètement intégré le numérique dans son activité professionnelle. Ce nouvel outil va lui permettre de se remettre en question, de gagner en efficacité, en précision et en créativité !

L’impression 3D a bouleversé beaucoup de secteurs et la bijouterie n’est pas une exception! La technologie permet de créer des accessoires toujours plus originaux et uniques tout en facilitant le processus de fabrication. Nous nous sommes ainsi lancés dans la création de bijoux et objets déco imprimés en 3D !

Il y a beaucoup de défis à relever dans ce secteur en termes de poids, de coûts, de main d’œuvre, délais, etc. Ce sont des challenges qui impactent directement le design des créateurs. Nous avions besoin d'une alternative aux méthodes traditionnelles pour créer des bijoux avec une certaine finesse, élégance et précision : l’impression 3D a répondu à nos exigences ! Comme cette technologie a mûri et s’est affinée au fil des années, il est désormais opportun de commencer quelque chose de nouveau sur le marché de la bijouterie et des objets déco !

Nos collections sont faites de plastique solide et flexible ainsi que d’acier inoxydable et de métaux précieux tel que l'argent et semi-précieux comme le plaqué Rhodium, plaqué Or et plaqué Or rosé. Le plastique est utilisé dans le procédé de frittage sélectif laser qui permet de fusionner des couches très fines de poudre de nylon.

Concernant les pièces en métal, elles impliquent un processus d’impression différent. Le liant liquide est déposé sur une fine couche de poudre d’acier qui est ensuite imprégné de bronze ce qui crée alors une pièce métal entière.

Pour les métaux précieux et semi-précieux, une impression haute résolution est réalisée en cire pour ensuite servir de moule (moule à cire perdue).

L’ordinateur représente pour Loïc un atelier de conception et de modélisation d’une idée.Toutes les impressions ont pour modèle un croquis détaillé réalisé par nos soins. Après la phase de modélisation en 3D, le fichier numérique est téléchargé par nos fabricants en Europe. Les pièces imprimées en 3D sont alors envoyées directement dans notre atelier proche de Chartres pour le travail de finition et pour s’assurer de leur qualité. Chaque pièce est peaufinée et sublimée à la main par Karelle (coloration, assemblage de pièces...) dans un espace de travail plus traditionnel donnant ainsi naissance à l’image Tochu-De.

Les avantages de l’impression 3D :

La chaîne de production est beaucoup plus facile à activer. Nous pouvons plus facilement choisir nos fournisseurs et nous sommes capables de contrôler le processus de fabrication sur nos ordinateurs, où que l'on soit . Les prototypes des designs imprimés en 3D sont réalisés en peu de temps comparé aux techniques traditionnelles, ce qui permet de réajuster les modèles rapidement si besoin. Nous sommes beaucoup plus efficace grâce à l’impression 3D. Des niveaux de complexité supérieurs sont désormais atteignables. Enfin, l’impression 3D est plus respectueuse de l’environnement, car, de par sa précision, elle évite les surplus de matière liées à la fabrication et donc évite le gaspillage. C’est une bonne nouvelle pour notre planète Terre !